« … si …sept fois de suite il revient à toi… »

Lc 17,1-6 (Lundi de la 32e semaine de l’Ordinaire). Etre offensé, pardonner, même sept fois par jour… Nous sommes devant un des passages les plus exigeants de l’Evangile. Face à cette rigueur les disciples demandent plus de foi. Et ils ont raison! Vivre un tel détachement par rapport aux souffrances vécues n’est pas à notre portée.

C’est aussi ce qu’il faut comprendre: il ne s’agit pas de pardonner « à la force du poignet », ou de pardonner sans qu’il y ait repentir, mais de vivre une dynamique, de tendre vers ce but. Je pense qu’il y a des situations dans lesquelles le pardon n’est pas immédiatement possible. Les blessures ont été trop profondes pour être apaisées  par un pardon de convenance. Mais il est important de pouvoir laisser une chance à l’avenir. Au moins pouvoir se dire: « avec l’aide de Dieu, un jour… » Et oser demander cette aide.